Recette – Les beignets de courgettes en accord avec la philo yogique

yoga-toulon-recette-vegan

Instant philo - Pourquoi sans oeufs ?

Un des premiers Yam (précepte) de la philosophie du yoga est la non-violence. Souvent nous pensons bien trop vite être non-violent. “Je ne tue personne, je ne fais pas exprès quand je blesse quelqu’un, je ne tue et/ou ne mange pas d’animaux, je ne vais pas à la chasse, regardez l’orque comme elle est méchante quand elle veut manger un phoque” etc me diras-tu. Mais d’après le yoga, il est une réalité qu’il nous faut accepter: nous sommes violent.es, la nature est violente ! Ce n’est pas parce que nous pensons faire attention, que nous ne faisons pas de mal. Tout les jours, lorsque je marche, je tue des fourmis. Pas consciemment certes, mais pour les fourmis cela ne fait AUCUNE différence. Que l’on soit blessé.e ou décédé.e dans un accident de voiture parce que l’accident est volontaire ou non ne fais pas de moi quelqu’un de moins blessé.e ou décédé.e.

Que nous le voulions ou non, la plupart des êtres vivants sont violents. J’ouvre ma porte, il y avait une toile d’araignée coincée derrière, j’ai détruis la maison d’un être vivant. Je fais bouillir l’eau de mes pâtes, je tue des millions d’organisme vivant que l’on appelle bactéries. Je m’insulte en pensée ou je culpabilise, je fais preuve de violence envers moi-même. En yoga donc, il s’agit d’élever sa conscience pour rendre nos actes le moins violents possibles.

Comme l’explique si bien Jiddu Krishnamurti (un grand philosophe indien), il est faux de dire de quelqu’un qu’il est non-violent. Tout être vivant, par définition est violent, d’une manière ou d’une autre, à divers degré, avec plus ou moins de conscience. Oui tout le monde, même les vegan, les penseurs, les sages et les yogis. La non-violence s’applique aux actes de pensées, de paroles et d’action mais pas aux individus.

Il est du devoir du pratiquant de yoga, de faire de son mieux pour créer le moins de violence possible. Le précepte de “non-violence” pourrait s’appliquer ainsi : conscientiser mes actes pour pouvoir agir de manière la moins violente qui soit.

Ainsi, lorsque je prends conscience de ce qu’il peut se cacher derrière la consommation d’un seul oeuf et que je souhaite pratiquer les yam “Ahimsa” (non-violence) et “Asteya” (non-vol), et bien je m’en passe. Bien entendu c’est une question de choix et de priorité. Et vu qu’en yoga la priorité, avant même de pratiquer les asanas, est la non-violence, je commence par les actes non-violents les plus simples. Tout les jours face à mon assiette je peux réduire la souffrance, en optant pour du végétal. Ce qui pour moi est bien plus simple que de ne pas écraser une fourmis en marchant par exemple.

Et bonne nouvelle, rien de plus façile pour remplacer les oeufs dans des beignets : crème végétale et maïzena ou farine de pois chiche et le tour est joué ! Si tu es vraiment trop fan du goût de l’oeuf, tu peux saupoudrer la préparation d’un peu de sel ayurvédique noir. J’achète le mien sur ce site, et n’ayant plus du tout l’habitude du goût de l’oeuf et de son odeur phénoménale (if you know what I mean) cela m’a même un peu déroutée la première fois que je l’ai utilisé. Ce sel est bluffant !

Les ingrédients

Voici les ingrédients dont tu auras besoin pour environ 10 beignets :

  • 1 courgette (bio c’est mieux)
  • 10cl de crème végétale de soja ou de coco (un peu plus si la courgette est grosse)
  • 1 petit oignon
  • 2 gousses d’ail
  • graines de fenouil, d’ajowan (thym indien) et de coriandre
  • 1 CC de dés de zeste de citron séché (facultatif, si tu as pressé un citron le matin par exemple)
  • graines de tournesol et de courge
  • 5 CS bombées de maïzena (+ ou moins selon la taille de la courgette)
  • sel de Guérande, poivre, curcuma et curry
  • sel noir

Petit plus ayurvédique :

=> En cas de déséquilibre Kapha (que tu te sens lourd, fatiguée, flemmard.e) tu peux ajouter un peu de gingembre râpé.

=> En cas de déséquilibre Vata (que tu te sens agité.e physiquement et mentalement) tu peux ajouter 1 CC de fénugrec en graine.

=> En cas de déséquilibre Pitta (que tu travailles trop, que tu ressens de la colère et que tu as trop chaud), tu peux remplacer ton oignon par une carotte râpée et les gousses d’ail par deux graines de cardamome pilées.

On y va pour la recette

Pour commencer, engage toi à cuisiner en conscience, dans la lenteur et en souriant !

  • râpe la courgette et verse dans un grand saladier
  • hache l’oignon et l’ail et verse les dans le saladier
  • ajoutes-y tout le reste des ingrédients sauf la maïzena et la sel noir et remue à l’aide d’une fourchette
  • Maintenant, tout en remuant tu ajoutes la maïzena jusqu’à ce cela ressemble à la texture d’une pâte à crêpe (à laquelle on aurait certes rajouté des légumes râpés et hachés). Si tu juges que 3 ou 4 CS de maïzena suffisent alors n’en rajoute pas, suis ton intuition.
  • ensuite, tu mets une poêle sur le feu dans laquelle tu fais couler un bon filet d’huile de tournesol ou un peu de margarine végétale.
  • puis, tu déposes une cuillère à soupe de la préparation directement sur la poêle et tu t’aides de celle-ci pour former un joli beignet. Tu l’aplaties un peu et l’arrondi par exemple. Tu peux en mettre plusieurs en même temps dans la poêle.
  • tu retournes le beignet uniquement lorsqu’il se décolle aisément à l’aide d’une spatule pour le faire dorer de l’autre côté également. Il doit être bien doré des deux côtés.

Le meilleur c’est de les déguster avec une bonne sauce, celle qui te plaît ! Pour moi c’est guacamole, végénaise ou tsaziki !

Bon appétit 🙂

Laetitia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *